« FATI »

Conte Albanais

Atelier : Adaptation du conte au plateau.

Le conte comme base de travail.

En cercle, lisant ensemble l’histoire on découvre les autres et on se découvre soi-même. On entend les voix, les intonations, les mélodies des uns et des autres. Les premiers rire, les faux rire, la gène de prendre la parole, l’excitation du l’idée de jouer. On se pose des questions : Comment jouer ? Par quoi commencer ?

On commence par séparer les personnages à la narration. On distribue les rôles et le(s) narrateurs. Quand il y a pas assez de rôles on invente, on créé de(s) rôles, de(s) groupes peuvent se formés. Puis on repère les lieux de l’action, les espaces du déroulement de l’histoire, et les situations. 

Une fois que c’est défini on commence à jouer, dire le texte, définir quelques déplacements et on fini par incarner les personnages. 

Ensuite vient les costumes, les accessoires, et le décor (si besoin).

Le plus beau dans cette exercice est l’engagement des jeunes avec leur voix, leur corps, leur maladresse, leur intuition, leur énergie, leur joie et rire. Un simple conte dans un travail commun se transforme et devient un spectacle.

À partir de 8 ans

Résumé :

Un beau matin, un homme se lève et se rend compte que son Fati a disparu ! Dans la langue Albanaise, Fati est un mélange entre la chance, le destin et « rien ne marche ». Quand rien ne fonctionne on dit : Fati m’a abandonné, la guigne.

Alors pour ne pas tomber dans la noirceur du monde, l’homme décide de voyager pour reconquérir, retrouver Fati et de se débarrasser de La Guigne! Dans un pays lointain, un producteur de citronnier l’engagea à travailler. L’homme, pour salaire, demanda juste les citrons d’un citronnier. Le producteur le laissa choisir le citronnier qu’il désirait. Mais la première année, le citronnier ne donna pas de citron… Il en fut de même pour la deuxième année. Le producteur très gêné lui proposa d’autres citronniers, il lui proposa même un salaire mais l’homme ne voulait rien. Puis, il décida de rester encore une année. Et à la troisième année, son citronnier donna enfin des citrons ! L’homme, ainsi que le producteur, furent ravi de voir le citronnier rempli de citrons. Mais l’homme ne voulut rien prendre !

Puis il décida de rentrer chez lui et dit au producteur : Je n’ai pas besoin de tes citrons ni de ton argent, tout ce que je voulais, c’était retrouver Fati ! Car j’avais peur qu’il m’ait abandonné et qu’il ait disparu à jamais. Mais maintenant je vois qu’ilme sourit encore et je suis heureux ! L’argent, la richesse, je n’en ai pas besoin, j’ai tout chez moi, dans mon pays.

Intervenant : Simon Pitaqaj

Adresse siège social

Maison des associations

15 Avenue de Strathkelvin 91100 Corbeil-Essonnes

Itinéraire et plans

Adresse postale

Maison des associations

15 Avenue de Strathkelvin 91100 Corbeil-Essonnes


Itinéraire et plans